Les actions et les outils

 

Un partenariat avec la Chambre de Métiers et de l’Artisanat

En partenariat avec la Chambre Régionale de Métiers et de l’Artisanat (CRMA), la Communauté de Communes de la Côte d’Albâtre a entrepris une phase de sensibilisation et d’information des entreprises du territoire à la protection de la ressource en eau.

La CRMA propose un accompagnement des entreprises via un pré-diagnostic environnemental gratuit et confidentiel. A la suite le conseiller de la CRMA propose un plan d’actions et informe des solutions pouvant être mises en place facilement ainsi que des aides financières accessibles (allant de 30 à 60% selon le type d’investissement et le type d’entreprise).

Pour en savoir plus contactez dès maintenant Julien Leroy : jleroy@crma-haute-normandie.fr ou au 02 32 18 06 44.

La protection des *bétoires.

Dans le contexte géologique local crayeux, les ruissellements générés lors de fortes pluies peuvent provoquer la formation de bétoires. Ces cavités naturelles sont des zones d’infiltration préférentielles des eaux de surfaces vers la nappe d’eau souterraine. L’infiltration rapide des eaux empêche la dégradation de divers polluants et particules en suspensions que l’on peut retrouver dans l’eau captée (turbidité, pesticides…). Non protégées, les bétoires peuvent donc être source de pollutions de la ressource en eau du territoire.

Dans le cadre de sa mission de protection de la ressource en eau potable la Communauté de Communes met en place une démarche d’identification et d’aménagement de ces points d’infiltration préférentiels. Le but de cette démarche est de réduire les risques de pollutions liés aux bétoires.

La Communauté de Communes a décidé d’aider financièrement les agriculteurs volontaires pour la mise en place de zones tampon autour des bétoires. L’aide accordée s’adresse à toutes les bétoires situées en zone cultivée sur le BAC et est modulable en fonction de la surface tampon aménagée.

 

Le conseil Individuel dans un Cadre Collectif

Depuis 2015, la collectivité propose un accompagnement individuel aux exploitants volontaires travaillant sur le BAC de Cany-Barville et du Four à Chaux. L’objectif étant de permettre une évolution des pratiques en conciliant durabilité de l’exploitation et protection de la ressource en eau. Le choix de l’organisme accompagnateur est indiqué par l’exploitant souhaitant s’engager.

Le dispositif comprend :

La réalisation d’un diagnostic-conseil, devant proposer des pistes d’évolutions pour une modification pérenne des pratiques agricoles, économiquement viable et répondant aux enjeux du territoire. Ce diagnostic aboutit à un plan d’actions personnalisé à l’échelle de l’exploitation. Ce plan doit proposer des leviers (agronomiques, techniques, organisationnels…) permettant une diminution d’intrants tout en étant cohérent, à l’échelle du système et de la rotation. Il doit également tenir compte de la stratégie globale de l’exploitant sur le long terme. L’ensemble des résultats (bilan des pratiques et conseils d’évolution) sont restitués à l’exploitant sous forme écrite et orale.

Le suivi individuel d’exploitation sur la base du diagnostic-conseil établi et accepté par l’exploitant. Ceci afin de permettre l’accompagnement au fil des difficultés rencontrées et de collecter les données et retours d’expériences pour l’évaluation du plan d’actions. Ce suivi est proposé sur 3 ans avec au minimum 2 visites par an, un tour de plaine et un bilan de campagne.

L’ensemble de cette démarche d’accompagnements s’inscrit dans un cadre collectif. La cellule d’animation (la Communauté de Communes) centralise l’ensemble des données afin de réaliser une synthèse, de façon partagée avec toutes les structures de développement agricole engagées dans la démarche. Cette synthèse permet à chaque exploitant engagé de situé ses pratiques au sein du groupe suivi. La centralisation des données permet également la mutualisation des informations, notamment pour les exploitations agricoles présentes sur plusieurs bassins d’alimentation de captages.