Tribunes politiques - Mai 2015

ENSEMBLE
POUR LA COTE D’ALBATRE

Chers tous,

400, c’est le nombre de jours qui se sont écoulés depuis l’élection du conseil communautaire. Certains s’interrogent sans doute sur l’absence de communication de la CCCA par l’intermédiaire de ce bulletin qui paraissait plus souvent. La raison en est simple, le Président ne souhaite pas que des élus s’expriment pour expliquer le fonctionnement de cette collectivité qui a choisi de politiser une interco alors que le sens de la loi dès leur création était avant tout un travail collaboratif pour faire avancer les territoires.
En effet, toutes les comcom de notre Département rassemblent dans leur exécutif (Président + Vice-Présidents) des élus de toutes sensibilités afin de construire un projet de territoire commun et compris par tous. Ici, il n’en est rien.
Pourtant, nous avons rencontré le Président pour travailler à un exécutif commun rassemblant les sensibilités et les particularismes de toutes les communes. Mais il a refusé invoquant que certains élus n’étaient pas de son bord politique.
Mais alors, Comment peut-on concevoir que la CCCA fonctionnerait dans son exécutif avec des élus qui ne représentent pas la totalité du territoire ? Agir ainsi n’est-il pas dangereux pour le devenir de notre intercommunalité ?
C’est pourquoi nous avons souhaité nous rassembler dans un collectif d’élus qui dit non à un fonctionnement autoritaire et unilatéral et nous avons souhaité nous exprimer par l’intermédiaire de cette tribune qui ne paraitra malheureusement pas à une fréquence régulière de la volonté même du Président. Si rien n’est fait pour remédier à cette situation, il est à craindre que le territoire en pâtisse.
Cela a malheureusement déjà commencé. La CCCA a déjà attaqué en justice une délibération de Saint-Valery-en-Caux et elle favorise certains élus au détriment d’autres. Le budget voté il y a peu l’illustre et nous avons d’ailleurs voté contre, tout comme nous avons voté contre la décision de proposer un concours d’idées qui coûtera la modique somme de 250 000,00€.
Certes la comcom dispose d’un excédent de 17 millions mais d’autres projets seraient plus utiles pour le territoire. Nous avons besoin d’unité et non de division pour faire avancer les projets. C’est ce que nous demandent tous les jours les habitants et plus largement les françaises et les français.
Vous pouvez compter sur notre détermination pour agir en ce sens et vous tenir informés.
A bientôt
JP.THEVENOT, D.CHAUVEL, P.VANIER, M.VIARD, H.BUQUET, A.POILVE, PY.JEGAT, H.MOUQUET,F.MARIE, J. SALLE, ML.DOULET, A.RAUCH, N.MOLETTE, C.DESAEGER, I.DUJARDIN, .FABAREZ, C.GROUT, JM.COPPENS, J.MORTELECQUE, P.DUMONTIER, D.LEMAISTRE, A.LEDUC, P.LARGILLET, M.BOUQUEREL

LA COTE D’ALBATRE
POUR TOUS

Mesdames, Messieurs,

L’intercommunalité est l’expression plurielle des communes et de ses habitants et non une représentation arithmétique et théorique ; force est de constater que la pertinence de notre position initiale et que nos valeurs se vérifient par la réalité et les faits puisque lors du Conseil de décembre, quelques élus ont quitté la séance en optant pour la chaise vide. Quitter un Conseil est surréaliste et inquiétant, sauf en espérant par une demande faussement soudaine et habituelle de postes de Vice-présidents, ne pas permettre la suite du vote des délibérations. Ne pas prendre part au vote est regrettable, la Démocratie permet l’expression par le vote contre, le vote pour ou encore l’abstention, mais quitter un Conseil, c’est ne plus exprimer le vote des électeurs alors même que de nombreux Conseillers Communautaires légitimement élus dans nos « petites communes » il y a une année se sont vus dépossédés de leur mandat au bénéfice des centres bourgs.
Monsieur THEVENOT a un fil rouge qu’il partage avec Madame CHAUVEL, en ressassant « nous n’avons pas eu de postes de Vice-président(e) », au motif pratique que Cany-Barville et Saint Valery en Caux ne sont pas représentées, sauf que la Démocratie a oeuvré, Monsieur THEVENOT, candidat n’a pas été élu et Madame CHAUVEL n’étant pas candidate n’a pu être élue ! Sans distinction géographique, le Conseil vote bien évidemment chacune des délibérations au bénéfice des 21 190 habitants.
Ce qui demeure plus inquiétant, c’est la méconnaissance même de l’Intercommunalité qui n’est pas l’addition de communes et la défense de sa commune. L’Intercommunalité est le regroupement d’élus pour prendre des décisions à l’échelle d’un territoire composé de 38 communes. Il ne s’agit pas d’une entité où l’on vient faire son marché. Malgré ces effets de manches, le budget 2015 de la Communauté de Communes a été voté dans la sérénité et consacre 19 Millions d’Euros à l’investissement, pour améliorer votre quotidien et surtout soutenir l’économie et l’emploi.
Il faut regretter, dans un vote automatique, que des élus ont voté contre tous les budgets, même celui qui vous permet de bénéficier d’un tarif social: Chalets de La Clusaz. Un vote qui aurait pu avoir pour conséquence de vous faire payer 100% du coût d’un séjour.

Très sincèrement.

JL CHAUVENSY, M BEAUFILS, D BELTRAME,
C BERTEAU, AP BOURDON, L CANU, B CARPENTIER,
R CARPENTIER, C CHANGEUX,
JC CLAIRE, JM COLOMBEL, JL COTARD, E
DEBRABANDERE, C DEVERRE, J DOUILLET,
JC DUBOC, A DUMENIL, F FOIRET, G
FOUCHE, D FREBOURG, JM GEORGES,
F GUILLOT, D LAMBION, J LEBALLEUR, FP
LECLUSE, J LEFRANCOIS, S MONNIER, W
MOUCHE, MP VASLIN, P VICTOR , R VIMONT